Equateur: OLPA surpris par le procès en flagrance d’un journaliste à Mbandaka

OLPA est surpris par l’interpellation et l’organisation d’un procès en flagrance contre  Steeve Mwanyo Iwewe, journaliste à Radio-Télévision  Sarah (RTS), station privée émettant à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur au Nord-Ouest de la République démocratique du Congo (RDC).

Steeve Mwanyo Iwewe a été interpellé, le 27 février 2019 en début de matinée par les agents de la Police nationale congolaise (PNC/Mbandaka) sur ordre de M. Bobo Boloko Bolumbu, gouverneur de la  province de l’Equateur. C’était au moment où le journaliste prenait les images sur un rassemblement de protestation organisé par les agents de la Coordination provinciale de l’Environnement exigeant la rétrocession de 5% des frais de fonctionnement de cette institution.

Le journaliste a été soumis à une bastonnade, avant d’être conduit manu militari au cachot de la police de Mbandaka, où il a été entendu sur procès-verbal par un officier de police judiciaire (OPJ) qui l’a inculpé d’outrage à l’autorité. Une accusation consécutive au refus du journaliste d’obtempérer à une injonction de Didier Botefedja, porte-parole du Gouverneur, de cesser de filmer les manifestants.

Steeve Iwewe a été aussitôt transféré au Parquet de grande instance de Mbandaka et une audience en flagrance a été organisée devant le Tribunal de paix de Mbandaka pour obtenir sa condamnation. Le procès a été ajourné à la demande des avocats du journaliste qui ont dénoncé les mauvais traitements du journaliste. Et Steeve Iwewe a passé sa première nuit à la prison centrale de Mbandaka.

Au regard de ce qui précède et sans se prononcer sur le fond de cette affaire, OLPA exprime sa grande surprise et déplore la procédure cavalière ayant conduit à l’interpellation du journaliste et à l’organisation d’un procès en flagrance pour un motif aussi fallacieux.

OLPA reste persuadé que le respect du droit de la défense pourra garantir une bonne administration de la justice en faveur du journaliste, et préserver la liberté de presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*