Haut-Katanga : OLPA saisit le numéro 1 de la Police après les mauvais traitements d’un journaliste à Likasi

Dans une correspondance adressée au général Dieudonné Amuli, Commissaire général de la Police nationale congolaise (PNC), avec ampliation au Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, OLPA lui demande de diligenter une enquête afin d’identifier les agents de police ayant soumis  Glodi Tholi Totali, journaliste à Alfajiri Télévision, station privée de télévision émettant à Likasi, à 125 kms de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, à de mauvais traitements et, les déferrer devant les juridictions compétentes.

Ci-dessous l’intégralité de la correspondance :

 Kinshasa, le 25 mars 2020

N/Réf : 179/CE/CNB 03 /20

Transmis copie pour information :

 A son Excellence Monsieur le Vice-Premier  Ministre et Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières à Kinshasa/Lingwala

 A Monsieur le Commissaire général de la Police Nationale Congolaise à Kinshasa/Lingwala

Monsieur,

Concerne : protestation

Le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, a l’honneur de venir par la présente auprès de votre haute personnalité protester contre les mauvais traitements infligés à Glodi Tholi Totali, journaliste à Alfajiri Télévision, station privée de télévision émettant à Likasi, ville située à 125 kms de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, au Sud-est de la République démocratique du Congo (RDC).

Glodi Tholi Totali a été pris à partie, le 24 mars 2020 sur le boulevard Kamanyola près de l’Athénée de Likasi, par un groupe d’éléments de la Police nationale Congolaise (PNC/Likasi) alors qu’il effectuait un reportage sur l’observation sur la mesure de confinement décrétée par M. Jacques Kyabula, gouverneur du Haut-Katanga sur toute l’étendue de la province.

Ces agents l’ont bousculé  sur la moto avant de lui administrer plusieurs coups de poing. Le journaliste  s’en est sorti avec des blessures au niveau de la tête et du bras. Il a été acheminé aux urgences des cliniques universitaires de Likasi pour des soins appropriés.

Monsieur,

Point n’est besoin de rappeler que les mauvais traitements subis par un journaliste en plein exercice de son  travail est un comportement répréhensible, prohibé par la loi.  Les auteurs de ces actes se sont donc illustrés par un excès de zèle qui viole les dispositions constitutionnelles de la RDC. Et pareils comportements sont susceptibles d’exposer leurs auteurs à des mesures disciplinaires, et éventuellement à des poursuites pénales.

Par voie de conséquence, OLPA vous prie de diligenter une enquête afin d’identifier les auteurs de ces actes, et les déferrer devant les juridictions compétentes.

OLPA reste convaincu que vous ne ménagerez aucun effort pour décourager ces pratiques liberticides qui ternissent l’image de marque des forces de défense et de sécurité congolaise, et qui menacent la liberté de presse, un des piliers de la démocratie.

Espérant une suite favorable, le Comité exécutif de l’OLPA vous prie d’agréer, Monsieur, ses sentiments patriotiques.

Ce dont ses membres vous remercient vivement

Pour le Comité exécutif

NSINGI BAMENGA Chancelle

 Secrétaire Exécutive a.i

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*