Mongala: OLPA exige la réouverture de deux médias à Lisala

Kinshasa, le 15 octobre 2018. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) a adressé une lettre au Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, avec ampliation au Président du Bureau du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), lui demandant d’instruire le Maire de la ville de Lisala de lever la mesure de fermeture de Radio Liberté Lisala et Radio Mwana Mboka, stations privées émettant à Lisala, chef-lieu de la province de Mongala, au Nord-Ouest de la République démocratique du Congo (RDC).

Ci-dessus l’intégralité de la lettre réceptionnée par le cabinet du Vice-premier ministre le 15 octobre 2018:

 

Kinshasa, le 15 octobre  2018               

N/Réf : 119/CE/JAKM 10/18

A son Excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, Ministre  de l’Intérieur et Sécurité à Kinshasa/Lingwala                                          

Excellence,

Concerne : protestation

Le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation non gouvernementale indépendante de défense et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, a l’honneur de saisir votre Autorité pour ce repris en concerne.

En effet, OLPA proteste contre la fermeture controversée de la Radio Liberté Lisala et la Radio Mwana Mboka, stations privées émettant à Lisala, chef-lieu de la province de Mongala, au Nord-Ouest de la République démocratique du Congo.

Ces médias ont été fermés par M. Bruce Bika Malambo, Maire de la ville de Lisala, qui accuse les deux stations de radio de diffuser des informations incitant la population à la désobéissance civile, et de troubler l’ordre public.

Des éléments de la Police nationale congolaise (PNC/Mongala) munis d’une réquisition d’informations ont effectué des descentes aux installations de deux médias, le 9 octobre 2018. Ils ont procédé à l’interruption immédiate des émissions et scellé les entrées principales de Radio Liberté Lisala et  Radio Mwana Mboka. Une équipe des policiers continue d’assiéger les installations des radios empêchant tout accès aux journalistes.

La mesure du Maire de la ville est intervenue 72 heures après la diffusion par les médias précités des déclarations de M. Bienvenue Octave Moyengo, Président de l’Assemblée provinciale de Mongala, demandant à la population locale de ne plus payer des taxes et redevances estimant que le Gouverneur de province actuel travaillerait dans l’illégalité.

Excellence,

Il est un secret de polichinelle que la régulation des médias dans notre pays est du ressort du Conseil supérieur de l’Audiovisuel et de la communication (CSAC) qui, dans l’entendement des dispositions des articles 49, 59 et 63 de la loi n°11/001 du 10 janvier 2011, peut suspendre une station de radiodiffusion ou prendre des mesures conservatoires.

La mesure du Maire de Lisala est manifestement illégale et se révèle donc comme un abus de pouvoir qu’il y a lieu de corriger, car elle porte gravement atteinte au droit d’informer et d’être informé garanti par la législation nationale et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme dument ratifiés par notre pays.

En conséquence, OLPA vous prie, en votre qualité de patron de la territoriale, de bien vouloir instruire le Maire de Lisala de lever immédiatement et inconditionnellement la mesure de fermeture de Radio Liberté Lisala et  Radio Mwana Mboka ainsi que la levée du siège de ces médias par des éléments de police.

Le Comité exécutif de l’OLPA vous prie également de favoriser l’exercice de la liberté de la presse dans toutes les provinces du pays.

Ce dont ses membres vous remercient vivement

Patriotiquement

Kabongo Mbuyi,

Secrétaire Exécutif

C.I : Au Président du Bureau du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*