Nord-Kivu: OLPA appelle la police de Goma à la retenue après les menaces d’arrestation des journalistes sans carte

Dans une lettre adressée, le 2 octobre 2018, au Commissaire urbain  de  la  Police nationale congolaise/ville de Goma (Nord-Kivu) avec copie pour information au Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et sécurité, au Ministre de la Communication et médias, au Président du Bureau du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) et au Gouverneur de la province du Nord-Kivu, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) appelle ce dernier à renoncer à sa démarche d’interpeller tout journaliste sans carte nationale de presse.

Ci-dessous l’intégralité de la lettre réceptionnée par les services du  Commissaire urbain de la Police/ville de Goma :

Goma, le 2 octobre  2018                               

N/Réf : 040/CE/JAKM 10/18

Transmis copie pour information :

A son Excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité

A Son Excellence Monsieur le Ministre  de la Communication & Médias

A Monsieur le Président du Bureau du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication

A Monsieur le Gouverneur de la province du Nord Kivu

A Monsieur le Commissaire général de la Police nationale congolaise

A Monsieur le Commissaire provincial de la Police de la province du Nord Kivu

Tous respectivement à Kinshasa-Lingwala, Kinshasa-Gombe et Goma

A Monsieur le Commissaire urbain de la Police à Goma/Province du Nord Kivu                                                         

Monsieur le Commissaire,

Concerne : appel à la retenue

Le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation non gouvernementale indépendante de défense et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, et ayant un bureau de représentation à Goma dénommé la Maison des Journalistes, a l’honneur d’approcher votre Autorité pour ce repris en concerne.

En effet, notre organisation vous appelle à la retenue après avoir pris connaissance de la teneur de votre correspondance n°10/136/Cmdt/PNC ciat urb Gma/2018 datée du 26 septembre 2018, et  adressée à Madame la Présidente provinciale de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC/Nord Kivu).

Dans la chute de votre correspondance, vous exigez de l’UNPC Nord Kivu « les identités de vrais journalistes et comment les connaître sur terrain », et dans le cas contraire vous promettez d’ «interpeller tout journaliste retrouvé sur terrain sans carte nationale de presse », lequel vous assimileriez à un malfrat et auteur ou complice de l’infraction d’Association des malfaiteurs.

Monsieur le Commissaire,

Il est clair que cette menace à peine voilée procède de la dernière intervention policière du 21 septembre 2018 après un rassemblement du mouvement citoyen Lucha (Lutte pour le changement) à Goma. Au cours de cette opération, Gabriel Ishara, journaliste et collaborateur à la représentation provinciale de l’Agence congolaise de presse (ACP/Nord Kivu) a été interpellé par le Commissariat urbain de police et tous ses images de reportage ont été supprimées.

Notre organisation tient à porter à votre connaissance que l’exercice de la profession de journaliste en République démocratique du Congo est garanti par un arsenal juridique aussi riche et varié.

En outre, l’Etat congolais a doté ce secteur d’un organisme public de régulation depuis le 10 janvier 2011, alors que la profession elle-même dispose d’une panoplie d’organes pour constater et sanctionner toute violation du Code d’éthique et de déontologie.

Tout en saluant votre disponibilité à vouloir apporter votre précieuse contribution à l’assainissement du secteur des médias qui fait déjà face à des difficultés de divers ordres, le Comité exécutif de l’OLPA vous appelle néanmoins à la retenue, car votre initiative risque non seulement de saper les efforts antérieurs des instances de régulation et d’auto-régulation dans l’assainissement du secteur médiatique, mais aussi d’énerver les dispositions légales en la matière.

En conséquence, OLPA vous prie de bien vouloir renoncer à cette démarche qui, dans l’avenir, risque de porter gravement atteinte au droit d’informer et d’être informé garanti par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Dans l’espoir d’un dénouement heureux, le Comité exécutif de l’OLPA vous prie d’agréer, Monsieur le Commissaire supérieur, ses sentiments patriotiques.

Ce dont ses membres vous remercient vivement

Pour le Comité exécutif

                  Kabongo Mbuyi,

Secrétaire Exécutif

C.I : -A Monsieur le Président national de l’UNPC

-A Madame la Présidente de l’UNPC/Nord Kivu

-A Monsieur le Chef du Bureau conjoint de Nations Unies aux droits de l’homme/Goma

-Aux responsables des médias de Goma

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*