Nord-Kivu: OLPA proteste contre les menaces proférées à l’endroit des journalistes à Goma

Goma, le 4 septembre 2018. Dans une lettre adressée au Commissaire provincial de la Police/ville de Goma (Nord-Kivu) avec copie au Vice-Premier, Ministre de l’Intérieur et sécurité, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) proteste contre les menaces proférées à l’endroit de Charly Kasereka, Djaffar Sabiti et Justin Kabunba respectivement journaliste à Congo synthèse (média en ligne basé à Goma) et correspondants locaux de presse Reuters et de la Voix de l’Amérique. OLPA lui demande de bien vouloir instruire les agents de la police de laisser les journalistes d’exercer librement leur travail.

Ci-dessous l’intégralité de la lettre adressée au Commissaire provincial de la Police/ville de Goma :

 Goma, le 4 septembre 2018                 

N/Réf : 039/CE/JAKM 9/18

Transmis copie pour information :  

 A Son Excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, ministre  de l’Intérieur et sécurité  à Kinshasa/Lingwala

 A Monsieur le Commissaire provincial de la  Police/Ville de Goma/Nord-Kivu

Monsieur le Commissaire,

Concerne : protestation

Le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, vient par la présente auprès de votre personnalité protester contre les menaces proférées à l’endroit de Charly Kasereka, Djaffar Sabiti et Justin Kabunba respectivement journaliste à Congo Synthèse (un média en ligne basé à Goma) et correspondants locaux de l’agence de presse Reuters et de la Voix de l’Amérique.

Pour votre information, Charly Kasereka, Djaffar Sabiti et Justin Kabunba ont été menacés, le 3 septembre 2018, par les éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC/Goma) alors qu’ils effectuaient un reportage sur un rassemblement organisé par LUCHA (Lutte pour le Changement), un mouvement pro-démocratie,  protestant contre l’utilisation de la machine à voter lors du scrutin du 23 décembre 2018 et le retrait de 16% d’électeurs sans empreintes digitales du fichier électoral. Ces agents ont proféré des menaces d’arrestation à l’endroit des journalistes, les interdisant de couvrir cette activité. Djaffar Sabiti de l’agence Reuters a reçu plusieurs gifles lui administrées par un élément de police.

Monsieur le Commissaire,

Il vous revient de constater que ces agissements des agents de la police avaient pour seule finalité d’empêcher les journalistes de faire correctement leur travail et peuvent être assimilés à un excès de zèle qui a porté gravement atteinte au droit d’informer et d’être informé garanti par la Constitution de la République démocratique du Congo (RDC) et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits humains.

Par voie de conséquence, OLPA vous prie de bien vouloir instruire les agents de police de laisser les journalistes exercer librement leur travail et de s’abstenir de poser, à l’avenir, tout acte attentatoire à la liberté d’information.

Le Comité exécutif de l’OLPA vous prie d’agréer, Monsieur, ses sentiments patriotiques.

Ce dont les membres du Comité exécutif de l’OLPA vous remercient vivement

Pour le Comité exécutif,

Kabongo Mbuyi

Secrétaire Exécutif

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*