OLPA stupéfait après la condamnation d’une journaliste de Kinshasa à 3 mois d’emprisonnement

OLPA exprime sa grande stupéfaction après la condamnation par le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe de Sylvanie Kiaku, éditrice et journaliste de l’hebdomadaire la Percée, paraissant à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

La journaliste a été condamnée, le 7 novembre 2018, par le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe à 3 mois d’emprisonnement assortis d’un sursis de 2 mois et au paiement à titre symbolique de cinquante francs congolais à M. Yves Cuypers, directeur général de la Banque commerciale du Congo (BCDC) qui a accusé Sylvanie Kiaku Menga de diffamation et de la non indication de l’identité de l’auteur de l’article et de l’imprimeur.

Les poursuites judiciaires contre la journaliste sont consécutives à la publication dans les éditions n°346 du 6 septembre 2018 et n°347 du 13 septembre 2018 du journal la Percée des articles intitulés : « BCDC en danger : la GMA sollicite le secours de Joseph Kabila » et « Inquiétude de la clientèle, BCDC : la GMA relève 270 morts ». Dans ces articles, le journal évoquait les souffrances endurées par les familles des employés de la BCDC licenciés depuis près de 20 ans et décriait l’indifférence des responsables actuels de l’institution bancaire.

Au regard de ce qui précède, OLPA se dit stupéfait par la célérité avec laquelle cette juridiction est arrivée à la condamnation de la journaliste, et déplore, par ailleurs la procédure ayant conduit à l’arrestation et la détention de cette dernière en octobre 2018.

OLPA réitère enfin son vœu de voir les autorités judiciaires congolaises protéger la liberté de presse, surtout pendant cette période électorale.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*