Journalistes assassiné et menacés à Rutshuru : OLPA pour l’intervention du gouverneur militaire du Nord-Kivu

Dans une correspondance adressée au Gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, avec ampliation au Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, au ministre de la Communication et Médias et au Ministre des Droits humains, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) exhorte ce dernier à prendre des mesures urgentes pour assurer la sécurité des journalistes travaillant à Rutshuru (Nord-Kivu) confrontés à des menaces sécuritaires d’ordre divers.

Ci-dessous l’intégralité de la corrspondance réceptionnée par le
Cabinet du Gouverneur militaire:

Goma, le 14 août 2021
N/Réf : 228/CE/JAKM 08/21
Transmis copie pour information :
A son Excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, décentralisation et Affaires coutumières
A son Excellence Monsieur le Ministre de la Communication et Médias
A son Excellence Monsieur le Ministre des Droits humains
(Tous respectivement à Kinshasa/Lingwala & à Kinshasa/Gombe)

A Monsieur le Gouverneur Militaire de province du Nord-
Kivu à Goma/Nord-Kivu

Concerne : demande urgente de protection

Monsieur,

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),
organisation non gouvernementale de défense et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, ayant un bureau de coordination à Goma dénommé « la Maison des journalistes », vient par la présente auprès de votre Autorité, solliciter les mesures particulières de protection au profit des journalistes travaillant à Rutshuru, territoire situé à 70 kms de Goma,
chef-lieu de la province du Nord-Kivu, à l’ Est de la République
démocratique du Congo (RDC).

En effet, des personnes malintentionnées non autrement identifiées s’illustrent depuis quelques jours à proférer des menaces de mort à l’endroit des journalistes de Rutshuru. Curieusement et contre toute attente, ces individus ont mis à exécution leurs menaces en donnant froidement la mort à Héritier Magayane (27ans), présentateur de l’émission « Fidélité d’amour » diffusée par la sous-station de chaîne publique RTNC Rutshuru (Radio télévision nationale congolaise). Il a été assassiné, le 7 août 2021 au village Bunyangula, dans le groupement de Bukoma, chefferie de Bwisha. Ses assaillants armés l’ont égorgé et extorqué son téléphone portable, avant de disparaître dans la nature. 24 heures après ce lâche assassinat, Justin Panzu, rédacteur en chef à la même sous-station a reçu des menaces de mort, provenant du numéro téléphonique +234852825587. L’auteur des menaces exigeait au journaliste
le paiement d’une rançon de 200 dollars américains en échange de sa sécurité. Au cas contraire, il subirait le même sort qu’Héritier Magayane.

En outre, la Radio Télévision Evangélique et de Développement Hermon (RTDEH), station émettant à Rutshuru a reçu, le 11 août 2021, des tracts manuscrits menaçant de mort le journaliste Vianney Watsongo. Un des auteurs des tracts s’identifiant comme étant « le méchant Junior Ali » a exigé au journaliste le paiement d’une partie des sommes reçues du prix de communication « George Atkins 2021 » décerné à ce dernier par Radios rurales internationales, une organisation canadienne.
Il y a lieu de rappeler que le domicile de Gracieux Kamara,
journaliste à la radio la Colombe, sous station de Rutshuru, a failli être cambriolé dans la première quinzaine du mois de juillet 2021 par des individus lourdement armés.

Monsieur le Gouverneur,
Point n’est besoin de rappeler que la protection des personnes et de leurs biens est l’apanage de l’Etat dont vous êtes le représentant durant cette période délicate d’état de siège dans le Nord-Kivu.  Tuer de sang froid un professionnel de la presse et continuer à en menacer d’autres de représailles constituent un défi lancé contre l’autorité de l’Etat dans cette partie du pays. Un défi qui doit être relevé hic et nunc.


Tout en condamnant avec la dernière énergie l’assassinat d’un
journaliste dans cette partie du Nord-Kivu, et les intimidations à l’endroit d’autres professionnels de la presse, OLPA vous prie de ne ménager aucun effort pour diligenter une enquête sérieuse, afin que les auteurs de ces actes qui se régalent du climat d’insécurité et d’impunité dans la région, soient vite appréhendés et déférés devant les instances compétentes et qu’ils répondent de leurs actes. Et ce sera justice.


OLPA vous prie enfin d’instruire vos services de prendre les mesures urgentes pour assurer la sécurité des journalistes menacés par ces hors-la loi.

Patriotiquement
KABONGO MBUYI,
Secrétaire Exécutif

***************************************************************************

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*