ActualitésRapport

Sud-Kivu : les journalistes de l’île Idjwi pour une couverture impartiale du processus électoral

Au cours d’un atelier organisé par l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), le 12 juillet 2022, à la salle paroissiale Lyadunga de l’église catholique Sainte Marie médiatrice de Kashofu, les journalistes des radios émettant dans le territoire d’Idjwi (Sud-Kivu) ont promis de couvrir les échéances électorales prochaines avec impartialité, dans le respect de l’éthique et de la déontologie. C’est ce qui ressort de ces assises sur le traitement de l’information électorale par les médias de cette partie insulaire du Congo. Dans son allocution d’ouverture solennelle, M. Kalaja Karongo Kabio, administrateur du territoire d’Idjwi, a souligné le fait que c’est la première activité de renforcement des capacités des journalistes organisée dans son entité depuis sa nomination à la tête d’Idjwi il y a 11 ans. Il a expliqué que de peuples périssent par manque des connaissances, et l’activité conduite par OLPA et la Fondation nationale pour la démocratie (NED) vise à doter les journalistes de cette région insulaire du Congo des connaissances suffisantes pour la couverture responsable du processus électoral à quelques jours de la célébration de la journée nationale de la presse et au soir de la préparation des scrutins par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). « Le journalisme mérite des hommes et des femmes suffisamment outillés pour cultiver la paix et éviter la guerre sur toute l’étendue de l’île », a-t-il enchaîné.

 

Dans sa communication axée sur la problématique de la liberté de la presse dans le territoire d’ Idjwi, Albert Koko Cinyabuguma, coordonnateur de l’Association des journalistes d’Idjwi pour la paix, la démocratie et droits humains (AJIPDDH) et directeur de radio communautaire Kalinga, a fait l’historique de l’avènement de la radio à Idjwi. C’est en 2005 qu’une première radio a vu le jour dans la chefferie de Ntambuka à savoir la radio Ejulino. Et la deuxième radio est venue en 2007 à Bugarula. Ensuite, sont venues les radios Mugote FM, la radio communautaire Kalinga, la sous-station de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC) et la radio Fraternité. Idjwi compte 6 stations de radios.

Les difficultés rencontrées par les médias d’Idjwi

L’administration de plusieurs radios a encore des problèmes (manque des documents administratifs, pas de contrat de travail, l’entretien du matériel, déficit des partenaires). Le n°1 de l’AJIPDDH est revenu sur les manquements au Code d’éthique et de déontologique enregistrés au cours des années passées, en arborant des insignes des partis politiques ou associations. Plusieurs journalistes ne détiennent pas de carte professionnelle pour prouver leur qualité. Kalaja Karongo est revenu sur l’accompagnement de la presse locale par les autorités territoriales d’Idjwi. Il s’est interrogé sur l’engouement de la jeunesse surtout féminine vers le métier de journalisme au détriment de la pédagogie comme si le journalisme était devenu un métier lucratif ou honorifique. Il a rappelé que les médias traditionnels utilisés par les chefferies sans engouement des jeunes, ne faisaient pas face aux difficultés multiples comme c’est le cas avec la presse actuelle. L’administrateur du territoire a souligné le fait que le secteur médiatique est un domaine régalien de l’Etat et un ministère du gouvernement central a été mis en place pour réguler ce secteur. Chaque secteur ayant ses principes et règles, le journalisme a des textes qui le régissent dans notre pays, et les journalistes ont intérêt à connaître ces textes pour mieux comprendre la limite de leur action. Il a déploré les dérapages enregistrés dans les médias du territoire d’Idjwi lors des processus électoraux passés caractérisés par la partialité dans le traitement de l’information. Il a appelé les professionnels des médias à nuancer leur solidarité à ne soutenir que le journaliste qui respecte les normes du métier. M Liévin Kashabaga Amuli, chef d’antenne de la Commission électorale nationale indépendante (CENI/ Idwji), s’est appesanti sur les expériences de la couverture médiatique des cycles électoraux passés. Il a attiré l’attention des professionnels de la presse sur la connaissance des institutions démocratiques de la Constitution, les principales lois, les mécanismes d’exercice et de contrôle de différents pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire), contre-pouvoir (l’opposition), le rôle des élus, des formations politiques, de la société civile, des associations des droits de l’homme ( droits des femmes, droits des minorités, des personnes vivant avec handicap). Parlant de l’importance de la couverture médiatique du processus électoral, le chef d’antenne de la CENI a expliqué que le rôle du quatrième pouvoir est d’informer le public, de le sensibiliser à la vie politique et d’expliquer simplement aux électeurs le déroulement du scrutin (toutes les étapes possibles), ses enjeux (renouvellement des institutions), comment y participer, les conditions à remplir pour voter ou pour être candidat, les sièges à pourvoir par circonscription, des changements par rapport à la loi électorale, les découpages des circonscriptions, etc. Comme leçon à tirer, il a insisté sur le renforcement des capacités des médias d’Idjwi en apportant l’information électorale en temps utile, de bannir le discours incendiaire, et d’être impartial. Enfin, Emmanuel Ndimwiza Murhonyi, vice-président de la société civile d’Idjwi, a jeté un regard critique sur le travail des médias de cette partie. Il a plaidé pour l’information de proximité déplorant l’attitude de certains médias à vouloir aborder des sujets d’actualité internationale au détriment des soucis quotidiens des habitants d’Idjwi. Après les ateliers, les participants ont émis quelques recommandations : de voir OLPA organiser de nouvelles séances de renforcement des capacités, de conduire un plaidoyer pour un appui conséquent aux médias d’Idjwi. Les participants ont aussi appelé l’administration du territoire à multiplier les rencontres avec la presse locale et ont promis de couvrir le processus électoral avec professionnalisme.

Dpt de l’Information publique. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bouton retour en haut de la page